RSS
RSS
The Punishment Light [Pv]

 
AccueilAccueil  Portail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 The Punishment Light [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniel Kelsey


Daniel Kelsey
Élève de 6ème année



Masculin
Nombre de messages : 1118
Date d'inscription : 10/03/2010

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s:
Âme soeur:

The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitimeVen 20 Juil - 1:08



Début de journée :


Ça devait être une belle journée d'été. Les rayons du soleil traversaient les rideaux de mon dortoir. Les oiseaux chantaient. Le château se réveillait lentement. Les BUSE étaient passés, la vie était belle, l’été pouvait vraiment commencer. Une fête était prévue le soir même, ça annonçait un bordel total, bref une bonne soirée de fin d’année. Je me suis levé lentement, entendant mes potes papoter à propos de la fête qui allait venir, si on allait pouvoir boire de l’alcool, et autres choses. Je savais que cette soirée promettait. J’avais dans ma valise l’ingrédient parfait qui était nécessaire pour rendre les fêtes plus folles. Je l’avais acheté à un prix d’or à un mec dans la banlieue de Londres pendant les dernières vacances qui d’ailleurs avaient été celles du shopping de produits interdits. J’avais fait attention à pas me faire chopper, ni par les sorciers, l’encadrement de Poudlard, ou même la police moldu. Les profs de l’école de sorcellerie ne faisaient pas spécialement attention aux drogues moldues. Ils faisaient plus gaffe aux graines magiques mais suspectes qui pouvaient circuler. Réduites en poudre certaines pouvaient faire planer des heures et des heures. Mais je vous racontais pas les effets secondaires. C’était principalement pour cette raison que je m’étais rabattu sur des produits moldus. J’avais confiance en cette weed.

Je me méfiais un poil de mes compagnons de chambre, ils étaient sympas, mais pas très discrets, les langues bien pendues si vous voyez ce que je veux dire. Ils ignoraient totalement l’existence de mes deux petits sachets de beuh dans ma valise. Je pensais être tranquille de ce côté-là. Même s’il m’arrivait régulièrement de vérifier leurs présences dans ma valise. Je comptais peut être en faire profiter aux autres, des mecs comme Chuck, j’étais presque certain qu’ils allaient pas dire non. C’était pas des junkies, mais ils faisaient rarement une croix sur les plaisirs défendus. Ce qui m’emmerdait le plus c’était le problème de le rouler, j’allais quand même pas sortir un shilom au beau milieu du potager à citrouilles, mettre mi mota, l’allumer et le fumer juste en face de Woodley. J’allais devoir me trouver un petit endroit tranquille à côté, du genre la lisière de la forêt interdite, et là il y avait moyen que ça passe crème.

Au pire, si je me faisais pincer, je savais pas trop ce qui pouvait m’arriver. C’était pas comme-ci je m’injectais de la chiva, de l’héroïne. Un renvoi temporaire ? Une lettre au papa et à la maman ? Bah, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient. Si mes parents étaient mis au courant ils péteraient un câble c’était certain, mais ça faisait pas mal de temps que je me foutais royalement de ce qu’ils pensaient. Il fallait se détendre, les BUSE étaient passés. Ces examens avaient causés beaucoup de stress à tout le monde. On racontait dans les couloirs que l’examen écrit de Sortilèges avait surement été le plus compliqué depuis quelques années, ce qui m’emmerdait un poil parce que j’étais sorti de cet épreuve plutôt satisfait de moi-même, à l’origine je visais le E, mais en entendant ce que racontait les profs, je me rabattais plutôt sur le A. Je vous parlais même pas du test d’Histoire de la Magie, ou je m’embrouillais dans les noms, les lieux, je faisais des fourchettes d’environ un siècle pour les dates. Et encore après avoir eu une violente envie de me pendre, en entendant un groupe de Serdaigles qui passaient par là, je me suis rendu compte que j’avais du, environ, répondu totalement hors sujet sur les trois quart des questions. C’était… Rassurant. J’avais juste eu envie de chopper ces Serdy et leur balancer que l’Histoire de la Magie ça ne servait strictement à rien, il n’y avait strictement aucune débouchée, qu’on s’en battait tous les steaks que l’inventeur du strucoscope était Strougler et pas Bidule. Quant à l’épreuve écrite de potions, la grâce de Dieu m’avait sauvé, la grâce de Dieu et le reste de mes économies dans une tentative inespérée d’avoir plus que le P. J’avais tout claqué dans des trucs plus ou moins légaux. Deux petites fioles d’Elixir Cérébral, un rail de griffe de dragon qui m’avait donné l’impression d’avoir un pic à glace enfoncé dans le cerveau qu’autre chose, et deux trois autres trucs qu’il fallait mieux taire.

En gros je sentais que j’allais me taper de la Botanique, peut être de la Métamorphose, avec de la chance les Sortilèges, l’année prochaine. Ça promettait un brillant avenir ! Je me voyais finir nulle part en fait. Mais bon comme on disait si bien, après l’effort le réconfort. Je m’étais donc levé cette journée là de bonne humeur. J’étais en mode vacances, tongs, Wayfarer, j’ai dévalé les escaliers me retrouvant dans la Grande Salle dans l’idée de me prendre un ptit déj light, la cuite de la veille avait fait quelques dégats, pour preuve avant ma douche j’avais l’impression de transpirer de la vodka, du malibu. Je me servais un jus de citrouille tranquille, peinard quand une préfète de Serpentard surgit d’un couloir, s’approcha de moi à pas feutrés.


- Nakamura veut te voir dans ton bureau. Immédiatement

Mon sang se glaça instantanément, je sentais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. J’ai scruté l’oiseau de mauvais augure. Mais rien ne transparaissait, elle n’avait pas l’air de savoir pourquoi j’étais convoqué, et s’en tapait royalement même vu qu’elle se cassa pronto rejoindre des copines à côté pour parler des fringues qu’elles allaient porter à la fête champêtre. J’ai posé mon verre, essayant d’afficher une sérénité, un calme à tout épreuve si quelqu’un me scrutait. Pourquoi cherchait-elle à me voir ?

Pendant que je dévalais les escaliers du château, j’imaginais toutes les possibilités. Elle voulait peut être juste me parler de l’organisation de la fête champêtre, savoir si j’avais des confettis ou autres conneries. Elle pouvait aussi me demander si j’avais réussi mes BUSE mais ça n’avait pas de sens, c’était pas ma directrice de maison. Plus je m’approchais de la porte, plus je flippais à max. Elle était peut être au courant de ce qu’il y avait dans ma valise, ou pire. Je toquais à la porte en repensant à toutes ses histoires entre profs et élèves, mais je doutais fortement qu’il allait se passer la même chose entre Nakamura et moi que ce qui se tramait entre Ambre et Sawyer ou encore Lilian et Doherty, même si toutes ses remarques acerbes à mon sujet pouvaient bien cacher quelque chose... J’ai respiré un bon coup avant d’entrouvrir la porte et d’y passer ma tête.


- Vous vouliez me voir mademoiselle ?

L’éclat de ses yeux aurait pu même faire frémir Woodley. Ça devait être une belle journée d'été.

_________________


The Punishment Light [Pv] Dansgna


Revenir en haut Aller en bas
Naoko Nakamura


Naoko Nakamura
Professeur de Potions



Féminin
Nombre de messages : 1300
Localisation : Au fin fond du double fond sans fond du trou noir...
Date d'inscription : 20/05/2009

Feuille de personnage
Particularités: Mais enfin... TOUT en moi est une particularité !
Ami(e)s: Soit proche de tes amis, mais encore plus de tes ennemis Darling...
Âme soeur: Pas besoin d'avoir en plus de ca un être encombrant dans les pattes !

The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitimeSam 21 Juil - 19:16


    J'étais quand même entourée d'une belle brochette d'incapables qui croyaient encore qu'en tant que professeur, je n'étais pas passée par le stade du « j'expérimente tout les stratagèmes possibles et inimaginables pour parvenir à mes fins », à savoir avoir de bonnes notes, tout en faisant le minium syndical. Non, mon titre de Maître des Potions n'était pas en mousse, parce que cet univers m'intéressait beaucoup trop, tout comme de mes projets futurs pour que je prenne le risque de ne pas connaître parfaitement jusqu'au bout des ongles les propriétés de toutes les potions existantes, et c'était ce que ferait mieux de faire les élèves dans cette école, s'il ne voulait pas ramasser de la bouse des dragons des sous terrains de Gringott jusqu'à leur fin de leur vie, avec comme risque de finir à la broche à tout instant ! Malgré ça, je ne voyais aucun de ces enfant sortir après la Septième année et avoir un travail prestigieux, car il n'y en avait pas un pour rattraper un autre, et vu comme ça volait haut, c'est à dire au ras des pâquerettes, il y avait encore pas mal de chemin à faire de ce côté là...

    Oui, je pouvais concevoir qu'on triche à un devoir ; j'étais passée par là moi aussi, mais non sans une certaine élégance, car le secret, c'était de ne pas se faire prendre, ce que n'avait apparemment pas encore compris Kelsey, qui pensait peut être que ses BUSE lui tomberaient tout cuit dans le bec s'il utilisait une plume à réponse auto intégrée et vraiment bon marché (quand je dis qu'ils sont pitoyables) car c'était mot pour mot la même description sur le Tue-Loup que je revoyais chaque année lorsque je demandais le traditionnel parchemin de 80cm avec détails, et chaque année, il y en avait toujours un pour me faire ce coup, même s'il l'avait bien amèrement regretté par la suite, surtout lorsqu'on savait qu'un simple petit sortilège pouvait suffire pour rendre l’ustensile avec des possibilités de rédaction beaucoup plus complexes, et non avec seulement un nom un verbe et un complément, quand elle ne se mettait pas à déconner tout à coup en écrivant le contraire de la question posée !

    J'avais expédié l'une des préfètes me chercher cet imbécile, car il n'allait pas s'en sortir avec les honneurs, et j'allais me faire un agréable petit plaisir de lui gâcher cette journée toute particulière, car la fête champêtre allait battre son plein d'ici quelques heures et que s'il pensait en profiter tout comme ses camarades qui ne pensaient qu'à se goinfrer et à boire, j'allais compromettre ses plans très rapidement. J'attendais patiemment derrière mon bureau, en espérant que l'autre idiote de Serpentard ferait son travail fissa car il fallait bien qu'elle serve à quelque chose elle aussi, même si elle devait me le traîner par la peau des fesses pour ça ! Je fixai la porte sans ciller jusqu'à ce qu'elle s'ouvre très légèrement.

    - Vous vouliez me voir mademoiselle ?

    S'il pensait que ce simple bois devant lui, car je ne voyais que son visage, allait faire office de bouclier, il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu'au coude, et grâce à un simple mouvement de baguette, j'ouvris l'entrée à la volée.


    - Assis, ordonnai-je sans en dire plus, et je refermai la pièce de la même manière.

    Je le dévisageai sans émettre le moindre son pendant plusieurs minutes, dans un silence de plomb, réfléchissant à ce que j'allais bien pouvoir faire de ce drôle de zigoto. Je posai ma main sur la table pour jouer avec les ongles en les faisant claquer dessus, augmentant ainsi la pression que je recherchais à faire peser sur les épaules de Kelsey, dont je m'étais efforcée de retenir le nom de famille ; faire ce qui était administratif était chiant comme la mort, alors je me devais de rendre tout ceci nettement plus intéressant...


    - Une fois de plus, vous prouvez que Gryffondor est définitivement dépourvu du gène de l'intelligence...
    débutai-je enfin, et je m'inclinai légèrement pour tourner la clé qui me permettait de fermer les tiroirs de mon bureau à double tours. J'en sortis un parchemin standard qui était utilisé pour les examens et lui présentait la feuille bien à plat qui portait son nom, et son prénom. Savez vous ce qu'est ceci ? Lui demandai-je de manière très intéressée, comme si je le prenais pour le dernière des demeurés, et entre nous, nous étions proche de la vérité.

    Comme je ne comptais pas perdre mon temps indéfiniment avec un spécimen de son genre, j'en vins directement au fait, sans faire durer le suspens ; pour ça il n'y avait même pas besoin de deviner qu'il avait compris où je voulais en venir sans avoir besoin de préciser qu'il avait utilité des pompes pour espérer avoir une note décente à sa BUSE de Potions. Il ne lui manquait plus qu'à passer son tour.

    - Vos capacités intellectuelles restreintes suffirons cependant peut-être pour vous dire que tricher à un pareil examen vous fait bénéficier, et c'est sans appel, d'une suspension pendant plusieurs années... Je pris le plaisir mesquin de scruter chaque partie de ses traits pour voir qu'elle allait être sa future réaction. Provoquer les Gryffondor et leur fierté qui puait des pieds, sur leurs compétences, les mettait souvent hors d'eux, et c'était d'autant plus jouissif lorsqu'on savait qu'ils ne pouvaient rien contre vous. Tout comme la menace d'un renvoi, temporaire, pourquoi pas définitif, qui plane à présent au dessus de votre tête...

    Pour ça, il fallait voir avec Wayland et compagnie, et je voyais Jones et sa gentillesse légendaire qui me donnait envie de gerber, plaider en faveur de cet insecte. La seule personne que je voyais appuyer ma proposition de l'éjecter bien proprement de Poudlard pour toujours, c'était Woodley, et malgré nos avis tranchés qui valaient double d'après moi, nous n'avions pas la majorité. Quand allaient-ils donc comprendre que la démocratie ne servait strictement à rien en ce bas monde ?

    - J'imagine bien votre joie de découvrir que vous allez pouvoir faire deux ans de moins que les autres cloportes qui font partie de votre maison
    , hop je cassais encore un peu de sucre sur le dos des rouge et or, ça ne faisait pas de mal. Un sourire naquit enfin sur mes lèvres, mais en attendant, vous êtes toujours ici.. !

    C'était dès à présent que les choses allaient devenir drôles, enfin. Jouant avec ma baguette magique, je la pointai sur la chaise tout en donnant une injonction silencieuse pour que celle ci se rapproche tout à fait contre le bureau, tout en y exerçant une pression continue pour que cette nouvelle posture devienne douloureuse et désagréable. Je levai la tête vers la pendule magique.

    - Oh ne vous inquiétez pas, vous allez avoir tout le loisir de participer à la Fête Champêtre...!
    Mais pas de la façon, dont il l'avait espéré sûrement... Avec la belle saison qui revient les gnomes de jardin ont infesté le potager aux citrouilles, vous allez donc nous en débarrasser, avant le début des festivités. Normalement c'était le garde chasse qui devait le faire mais j'avais appris qu'il avait été occupé avec ses Scroutt à Pétards. Pour leur faire quoi ? Je vous le demande. J'avais tout juste eu le temps de lui envoyer un hibou un peu plus tôt, en prévision, pour l'informer que je lui avais trouvé les petites mains parfaites pour s'acquitter de cette tâche. Comme ce n'était encore que le matin, il restait deux bonnes heures au moins avant que tout le monde ne descende dans le parc, ça laissait largement le temps à Kelsey. Ce n'était pas comme s'il avait le choix de toute façon. Je vous conseille de terminer de terminer dans les temps. Dans le cas contraire, j'enlèverai trente points à Gryffondor. Qu'il s'estime heureux, parce que ce n'était pas cher payé !

    Requinquée par le retenue que je lui infligeai je le contemplai une dernière fois avec un air rieur ; et j’assénai le dernier coup :

    - Bien sûr cette menace s'applique également si j'entends que vous vous êtes servi de votre baguette magique.
    J'avais récupéré l'un de ces insupportables anges de Noël qui chantaient des cantiques avec des voix criardes qui vous cassaient les oreilles et je le fis apparaître dans une petite cage. Il était de très mauvaise humeur de surcroît parce que je l'avais enfermé à l'intérieur, autrement dit, il allait être infecte avec le rouge et or, et je m'en délectai d'avance. Suivant mes ordres lorsque j'ouvris la porte, il se mit à tournoyer autour du jeune homme et commençait déjà à jacasser. Je serai prévenu !

    Ce que j'aimais particulièrement dans ce genre de punition, c'était le sentiment de frustration qu'il allait ressentir au moment de dégnomer le potager, car il serait en possession de sa baguette, mais risquait de faire perdre des points à sa maison si jamais il l'utilisait. L'honneur des Gryffondor était leur plus grande faiblesse, c'était bien pour ça que je l'exploitais. J'étais certaine que par pur esprit de solidarité envers ses amis, il serait droit.

    - Vous feriez mieux de vous y mettre dès maintenant
    , remarquai-je, et je le libérai de sa chaise pour qu'il puisse sortir ; surtout parce que l'autre excité avec son arche me tapait déjà sur les nerfs ! Je viendrai vérifier personnellement ce qu'il en est. Alors quand j'imaginais le Cinquième année qui allait devoir le supporter, je m'en délectai d'avance !


_________________
 
The Punishment Light [Pv] 1316102128LT1JWt51

"You’ll fall like a guillotine,
Kneel before the queen.
You’ll fall like a guillotine,
And I will rise.

I don’t need blue blood,
Running through my veins,
Because like a queen, like a queen,
I can make you say you love me".

Revenir en haut Aller en bas
Daniel Kelsey


Daniel Kelsey
Élève de 6ème année



Masculin
Nombre de messages : 1118
Date d'inscription : 10/03/2010

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s:
Âme soeur:

The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitimeLun 23 Juil - 0:48

Je repensais non stop à ce vendredi pluvieux ou j’avais dû passer les épreuves écrites de potions. J’avais dû vérifier au moins une cinquantaine de fois que j’avais bien ma plume à réponses auto-intégrées. Un vieux de l’école m’avait passé une adresse ou je pouvais trouver le mec qui les vendait. Il m’avait raconté que la raison de ses quatre Optimales à ses BUSE était tout simplement ces fameuses plumes. Je l’ai cru sans hésiter. Les prix étaient plutôt exorbitants d‘après ce qu‘il me racontait. Certaines pouvaient couvrir plusieurs matières, mais moi je m’en tapais, j’en voulais juste une pour les potions. Pour les autres exams j’allais me démerder, comme d’hab. Mais pour les potions j’avais besoin d’une note potable, le A ou le E. Enfin, bref j’étais allé l’acheter dans l’allée des Embrumes alias l’allée des emmerdes. Le mec qui me l’avait refilée était borgne, à moitié fou. Je m’étais approché de lui, il avait écarté un pan de son manteau dégueulasse et m’avait désigné de sa main les différentes plumes qu’il avait me désignant les différentes plumes et leurs avantages diverses et variés. Il m’avait saisi le poignet quand j’avais voulu lui passer le fric pour acheter une petite plume noire qui était un bijou de modernité selon lui, parfaite pour les examens, il n’avait jamais entendue de plainte à son propos. Il s’était mis à vérifier chaque face de mes pièces, les a limite reniflées avant de lâcher un grognement. Il m’avait passé la plume, sans me rendre aucune monnaie. J’avais limite l’impression que le reste c’était pour acheter son silence. J’avais pris de multiples précautions sûrement inutiles quand j’étais revenu à Poudlard, je l’avais foutue au fin fond de mes chaussettes, sachant que personne n’allait fouiller là bas.

Les jours et les semaines étaient passées et on était finalement arrivé à la date fatidique des épreuves écrites de potions. J’avais jamais tremblé autant de toute ma vie. J’avais l’impression que tout le monde savait ce que j’allais faire. Le simple regard de Nakamura à mon entrée dans la salle d’exam avait failli me faire tout confesser. Je m’étais rapproché de ma table, sortant trois plumes dont ma plume à réponses auto-intégrées. En attendant qu’on me file la feuille de test, je me disais qu’il était possible que je n’ai pas à m’en servir, qui sait ? Les sujets de cette année pouvaient être incroyablement simples, ou alors un coup de génie de ma part, une remontée de souvenir de mes notes merdiques, et je pouvais viser le A. Mais trente minutes plus tard, mes joues étaient en feux, mes cheveux en pétards, et mes mains me servaient de repose tête. A part une question sur le philtre de la paix sur lequel Holly et moi on avait taffé, c’était limite la feuille blanche. Mes yeux commençaient à être attirés par la minuscule plume. Question sur une potion d’Aiguise Méninges dont j’aurais bien eu besoin, je passais. Question suivante sur le philtre de Confusion, nouvelle feuille blanche. Question sur le Tue-Loup… Je ne pus m’empêcher de me saisir de ma plume noire. Les mots coulaient tous seuls. Avec le soupçon d’intelligence qui me restait, je sautais les questions pointues sur lesquelles quelqu’un ayant zappé celles aussi connes sur la Confusion, ne pouvait évidemment pas répondre. Au final j’étais sorti de la salle, certain que j’allais me taper un A, si je me faisais pas chopper. Mais les jours passaient et je n’étais pas foutu à Azkaban pour triche aux BUSE. Les profs, comme d’habitude, ne m’accordaient même pas un regard. J’avais donc l’impression d’être passé entre les mailles du filet.


- Assis.

Uniquement au ton de sa voix j’ai senti que j’étais juste mort. Les mètres que j’ai parcouru pour rejoindre la chaise qui se trouvait juste en face de son bureau ont été les plus longs de toute ma vie. Elle me scrutait avec ses yeux froids comme de la glace. À chaque pas que je faisais, j’avais l’impression que le sol allait se dérober sous moi et que j’allais tomber dans les enfers afin d’y souffrir pour toujours. Une fois posé sur sa chaise, j’ai croisé mes mains, mes yeux dans les siens, cherchant à garder un minimum de dignité même si j’allais me faire abattre comme un chien. Je savais qu’elle allait pas verrouiller la porte et jouer avec moi comme Doherty et Lilian.


- Une fois de plus, vous prouvez que Gryffondor est définitivement dépourvu du gène de l'intelligence... Savez vous ce qu'est ceci ?

Elle me montrera le parchemin des examens. J’avais l’impression qu’il s’agissait de mon arrêt de mort. C’était la fin, j’étais cuit, archi-cuit. J’allais me faire suspendre, privé de BUSE pendant dix ans. J’étais dans la merde, et probablement à la porte, c’était pas la joie avec mes parents. Je savais qu’il était inutile de répondre, je n’aurais fait qu’aggraver mon cas. Mais ça ne l’empêcha de m’enfoncer.


- Vos capacités intellectuelles restreintes suffirons cependant peut-être pour vous dire que tricher à un pareil examen vous fait bénéficier, et c'est sans appel, d'une suspension pendant plusieurs années... Tout comme la menace d'un renvoi, temporaire, pourquoi pas définitif, qui plane à présent au dessus de votre tête...


Pour être honnête, je n’écoutais même plus ce qu’elle me disait. Sa voix était sourde à mes oreilles. J’essayais d’imaginer comment j’allais pouvoir me démerder, sans BUSE dans le monde des sorciers. La réponse était simple je ne pouvais pas. J’allais me faire recal même dans les pubs sorciers, et je voulais garder un minimum de dignité. J’aimais bien boire, mais me retrouver derrière le comptoir sans consommer non merci. Elle devait sentir que j’étais entrain de dériver, d’un geste de baguette magique elle me ramena à la raison. Mes jambes s’enfonçaient limite dans le bois de son bureau. C’était aussi agréable que d’être coincé contre le fauteuil de devant quand on est sur la banquette arrière.



- Oh ne vous inquiétez pas, vous allez avoir tout le loisir de participer à la Fête Champêtre...! Avec la belle saison qui revient les gnomes de jardin ont infesté le potager aux citrouilles, vous allez donc nous en débarrasser, avant le début des festivités.

L’humiliation était totale, mais je n‘étais pas viré, du moins pas encore. Je ne savais même pas si j’étais encore étudiant à Poudlard, comment allait se passer l’année d’après. Évidemment elle me signala que l’usage de ma baguette était interdit, sinon je faisais en plus perdre des points à ma maison. Déjà qu’on en avait pas des masses… Elle me libéra de l’étau dans lequel se trouvait mes jambes totalement ankylosées.


- Je viendrai vérifier personnellement ce qu'il en est.

Après être resté un moment sur la chaise, me tenant la tête entre mes mains, je suis sorti, claquant tout de même la porte. Elle m’humiliait et y prenait un plaisir non dissimulé. J’avais joué au con avec elle.

Vingt minutes plus tard je me retrouvais dans le potager à citrouilles. Le plus chiant était de trouver le premier, une fois qu’on en avait un, tous ses petits copains sortaient s’apercevant que le dégnomage commençait. Je regardais donc sur le sol, quand j’ai trébuché, me retrouvant par terre, manquant d’éclater ma tête sur une citrouille ou l’inverse. J’ai vu alors le petit salaud qui me faisait des grimaces, éclatait d’un rire grinçant. Je l’ai choppé, fait tourner un bon moment au dessus de ma tête avant de le balancer le plus loin possible dans la Forêt Interdite. Petit à petit ils ont commencé à sortir, j’en attrapais le plus possible dans mes mains avant de les jeter vers les sapins. Ces connards me donnaient des coups de pieds, me mordaient même les mollets. Au bout d’un moment j’ai fini par m’emparer du dernier survivant qui n’échappa pas au même sort réservé aux autres. D’autres élèves, sûrement collés comme moi, installaient les préparatifs, de longues tables, nappes colorées, boissons, bouffe… J’ai sorti mon paquet de clope, et je commençais à m’en griller une quand j’ai vu son ombre arriver.


- Satisfaite ?

J’ignorais si elle allait me réprimander pour la cigarette, mais au point ou j’en étais je m’en tapais royalement.

_________________


The Punishment Light [Pv] Dansgna


Revenir en haut Aller en bas
Naoko Nakamura


Naoko Nakamura
Professeur de Potions



Féminin
Nombre de messages : 1300
Localisation : Au fin fond du double fond sans fond du trou noir...
Date d'inscription : 20/05/2009

Feuille de personnage
Particularités: Mais enfin... TOUT en moi est une particularité !
Ami(e)s: Soit proche de tes amis, mais encore plus de tes ennemis Darling...
Âme soeur: Pas besoin d'avoir en plus de ca un être encombrant dans les pattes !

The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitimeMer 25 Juil - 17:10


    Autant de bonne humeur dans les couloirs avec la perspective de cette Fête champêtre, mais au lieu de me miner le moral, cela me laissait une occasion en or de distribuer des retenues à la volée. Comme c'était la fin de l'année, les élèves s'étaient mis à croire que tout leur étaient permis, mais ça ne voulait pas dire pour autant que les points dans les sabliers avaient été retirés, et si je pouvais en faire perdre quelques uns, avant que Wayland ne fasse les comptes, je n'allais pas m'en priver, par pure envie de gâcher l'ambiance festive qui régnait dans tout le château. En si bon chemin comme je l'avais été avec l'affaire Kelsey, il aurait été trop bête de s'arrêter en si bon chemin !

    Tel le filet du Diable que j'étais, c'était un élève de Septième année qui s'était retrouvé piégé entre mes ronces, lorsque je l'avais découvert en train de faire ingurgiter une de ces pastilles de gerbes, genre de bonbons qui était interdit à Poudlard, apparemment on ne l'a pas assez répété, à un crapaud, sûrement pour en voir quelle en sera sa réaction, pendant que la propriétaire, qui devait sans contexte être sa sœur parce qu'elle avait le même gros pif que lui, l'observai impuissante, les larmes aux yeux, en répétant qu'il allait lui faire du mal. Ça m'aurait presque donné envie de pleurer dans une autre situation, mais elle était stupide pour qu'on ait envie d'en verser la moindre larme. Comme punition, Je lui avais fait avaler sa propre pastille (au garçon) pour lui en passer l'envie pour toujours tout en prenant bien soin de me débarrasser des autres bonbons qui servaient à en annuler les effets. C'était trop facile sinon ! Et la gamine, j'avais enlevé plusieurs plusieurs points à Poufsouffle, pour simple prétexte que c'était elle la propriétaire du crapaud.

    Je n'avais même pas besoin de chercher très loin, pour trouver de quoi me mettre sous la dent, et c'était comme s'ils cherchaient tous à se faire prendre la main dans le sac. Ce fut justement comme ça que j'en vins à envoyer un Gryffondor nettoyer toute la saleté qui s'incrustait entre les dalles d'un des couloirs du cachot, et comme ils étaient interminables, il risquait d'en avoir pour un certain temps, pour tout remettre en état, parce qu'à l'inverse de Kelsey, j'avais pris bien soin de lui subtilisé sa baguette magique, et ne lui avais pas non plus donné de matériel pour s'acquitter de son travail. Qu'il le fasse avec les dents, les doigts ou les ongles, quelle importance ? J'espérais juste pour lui qu'il était suffisamment futé pour aller de lui même comme un grand prendre une brosse et un seau dans le placard du surveillant, mais comme il avait un air d'abruti fini, tout l'été serait passé qu'il serait encore dans les cachots, abandonné à son triste sort... ce n'était pas plus mal, au moins, ça nous en faisait un de moins !

    En parlant de Kelsey, ça faisait un certain temps que je l'avais perdu de vue et décidai d'aller voir de loin ce qu'il en était et ne fus pas déçue du spectacle. Les gnomes de jardin étaient les être les plus insupportables qu'on puisse rencontrer, avec les Lutins de Cornouailles peut être, et je n'aurais pas été surprise si l'on m'avait appris qu'ils avaient un lien de parenté entre ces deux espèces. Le genre de bestioles qui ne manquerait à personne si on les éradiquait de la surface de la planète, même s'il fallait bien avouer qu'ils étaient utiles pour une chose, c'était qu'ils menaient la vie dure à celui qui se retrouvait contraint et forcé de les éjecter du potager aux citrouilles ! Je fus presque déçue de voir qu'il avait pris mes menaces au sérieux, car il n'utilisait pas sa baguette magique – même de très loin, on pouvait le voir, ce qui m'enlevait le droit de lui donner une retenue supplémentaire, même si celle ci était déjà bien ingrate comme ça.

    Je finis par descendre le rejoindre, au bout d'un certain temps pour vérifier par moi même ce qu'il en était. Ignorant complètement le rouge et or, je levai le menton et scrutai le sol pour essayer de détecter si l'un de ces êtres de la terre s'était caché quelque part avec dans l'idée de faire un mauvais coup, dans un esprit de vengeance calculé, et je n'avais pas envie de prendre le risque de me vautrer dans le potager à cause d'une petite main noueuse dégueulasse. Toutefois, l'Ange de Noël dont j'avais affublé Kelsey pour qu'il le surveille, était toujours là, et caquetait plus que jamais, dans une réplique parfaite des Bizarr' Sister en plein concert, à la différence qu'il chantait horriblement faux. Je sortis ma baguette un lui lançait un sort qui le fit s'exploser contre l'une des citrouilles les plus proches parce que ses jérémiades commençaient à bien faire, et tomba assommé. Enfin on pouvait s'entendre de nouveau penser !

    - Satisfaite ?

    Je regardais cette chose moldue qui portait à la bouche avec un air mauvais, réfléchissant durant quelques instants à ce que j'allais bien pouvoir en faire. Et puis, une nouvelle fois avec mon bâton, j'embrasai sa cigarette, pour qu'elle prenne feu très rapidement – avec un peu de chance, il allait se brûler les lèvres.

    - Maintenant oui. Je le dévisageai de haut en bas, car il était tout aussi sale qu'un cochon qui se serait roulé dans sa porcherie. J'espère que vous avez apprécié d'enfin vous retrouver dans votre élément naturel, remarquai-je d'un air narquois. Dix points en moins cependant pour votre insolence, vous vous souviendrez sûrement comme ça que fumer dans l'enceinte de l'école est interdit. Votre directrice de Maison en sera sûrement très contente... !

    Ma dernière remarque lancée, je tournai les talons, tout en songeant délicieusement qu'avec tout ce qui lui tombait dessus tout à coup, tout les éléments jouant contre lui, ce serait sûrement la dernière fête à laquelle il participerait à Poudlard !

_________________
 
The Punishment Light [Pv] 1316102128LT1JWt51

"You’ll fall like a guillotine,
Kneel before the queen.
You’ll fall like a guillotine,
And I will rise.

I don’t need blue blood,
Running through my veins,
Because like a queen, like a queen,
I can make you say you love me".

Revenir en haut Aller en bas
Daniel Kelsey


Daniel Kelsey
Élève de 6ème année



Masculin
Nombre de messages : 1118
Date d'inscription : 10/03/2010

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s:
Âme soeur:

The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitimeDim 26 Aoû - 0:52

Nakamura c’était un peu la prof que tout le monde a, et que quasiment tout le monde déteste. Avec elle, aucun favoritisme. On pourrait se dire que c’était génial, qu’enfin une prof s’en tapait du petit binoclard qui balance les réponses à tout bout de champs. Avec elle, on était tous traité de la même manière, en l’occurrence comme des sous-merdes. En plus, elle avait une dent contre certains élèves, notamment quelques Gryffondors, des crétins pas assez rigoureux, il fallait le reconnaitre. Je pense qu’elle a du me prendre en grippe très rapidement, sûrement lors d’un cours bidon en première année ou j’avais malencontreusement renversé un flacon de j’sais plus quoi sur ses bottines. Je me souviens qu’en plus du zéro pointé, j’avais dû récurer pendant tout un après midi la salle, m’exposant à la risée des Serpentards qui passaient dans le coin. Régulièrement lors de ces cinq années communes je m’étais tapé la pire note de la classe, que ce soit en individuel ou bien en binôme. A part lors de la prépa avec Holly qui avait frôlé la perfection, comme quoi tout pouvait arriver, j’étais un peu le chat noir, celui qui portait la poisse dans les cours de potions. Je savais donc depuis quelques temps que ma principale réussite aux BUSE n’allait donc pas être les potions. J’avais acheté par précaution, et surtout par connerie, cette plume à réponses auto-intégrées. Les cours de dernières minutes avec mon ex ne m’avaient pas apporté grand-chose et je m’étais donc pointé le jour de l’épreuve avec cette plume merdique.

Je m’étais fait chopper, je le payais donc, logique. Avec le temps, j’avais fini par comprendre qu’avec Nakamura, lorsqu’elle vous collait, il fallait obéir au doigt et à l’œil, ce qui n’était pas mon fort mais au final je faisais gaffe. Mais lorsqu’elle demandait de ne pas utiliser la baguette magique, c’était qu’il ne fallait pas l’utiliser, même si c’était une colle bien chiante. Si elle vous choppait entrain de s’en servir, elle vous le faisait payer au centuple en refilant une retenue encore plus salope. Le seul avantage qu’on pouvait avoir en faisant sa retenue convenablement, c’était de l’empêcher de prendre son pied en vous en refoutant une. On devait se contenter de peu, mais c’était presque satisfaisant de la voir maugréer vous signalant que vous pouviez regagner votre salle commune.

Mais là, elle arrivait vers avec dans ses yeux le même air glacial. Après avoir fait exploser la citrouille, elle me fixa moi et ma clope, cherchant sûrement une réplique qui allait me rabaisser encore un peu plus. D’un geste de baguette magique, ma cigarette s’enflamma quasiment instantanément. Mes lèvres échappèrent de peu à la brûlure, en revanche mes deux doigts non.


- Maintenant oui. J'espère que vous avez apprécié d'enfin vous retrouver dans votre élément naturel.

J’ai vite regardé l’état de mes bras et de mes jambes pour me rendre compte de ce qu’elle disait. En effet j’avais de la terre partout, mon t-shirt était juste dégueulasse, mon short a jeté, le tout agrémenté de quelques morsures de gnomes par-ci par là.

- Dix points en moins cependant pour votre insolence, vous vous souviendrez sûrement comme ça que fumer dans l'enceinte de l'école est interdit. Votre directrice de Maison en sera sûrement très contente... !

C’était ce qu’on pouvait appeler, la totale. Je me prenais dix points pour avoir lâché un mot, la faute à mon énervement, elle allait balancer l’histoire de clope à Kelsey. Au point ou j’en étais, c’était pas spécialement le plus grave, mais ça me faisait grave chier. Je me suis dit qu’il valait mieux pour moi que je ferme ma gueule et que je ressorte rien, elle aurait continué à enlever des points à la maison, ce qu’une bonne partie des profs adoraient faire. Mais ça me démangeait de chopper le dernier petit gnome qui essayait de se faufiler entre mes jambes afin de s’échapper ou de croquer une nouvelle fois dans mon mollet, et de la balançait dans la tête de Nakamura. Malheureusement, je me suis contenté de l’attraper, de lui faire subir le même traitement qu’aux autres avant de le balancer dans la forêt avec un geste digne d’un lanceur de marteau.

Je me suis éloigné du potager sous le regard de Ice Woman. Pour être franc j’hésitais même à me pointer à la Fête Champêtre, je sentais les conneries arriver gros comme une maison. Après un bref crochet par l’infirmerie pour désinfecter les morsures de ces satanées gnomes (on est jamais trop prudent), je me suis réfugié dans la salle commune. J’ai médité quelques instants sur mon sort avant d’écrire une petite lettre à mes parents, leur expliquant ce qui s’était passé. Il fallait être bref, clair, et montrer que j’assumais les conséquences de mes actes, en gros un truc impossible. Sur le chemin de la volière j’ai croisé un nombre incalculable d’étudiants, de potes, qui envoyaient à leurs parents leurs premières impression, du style l’objectif des cinq O, des conneries comme ça. Quelques potes m’arrêtaient, me demandant si j’avais réussi mes BUSE, pourquoi Nakamura m’avait collé quelques instants auparavant. À chacune de ces questions je me montrais évasif. On concluait tous en se promettant de se voir à la Fête Champêtre, et de s’éclater une dernière fois à fond avant l’année prochaine. Je ne savais même pas si j’allais être présent à Poudlard pour ma sixième année.

Après une bonne douche, je me suis posé sur mon lit, histoire de faire le point sur cette journée de merde, et sans m’en rendre compte j’ai rejoint les bras de Morphée. Quand je me suis réveillé, je pouvais entendre que la Fête Champêtre avait commencé. La musique poussée à fond parvenait aux dortoirs des Gryffondors. J’ai pris un sachet d’herbe, je me suis roulé un bon joint, et je l’ai fumé en douce, prenant mon temps, savourant l’instant présent vu que je n’avais plus que ça à faire. Après avoir enfilé un jean et une chemise, mon dernier sachet de mota dans ma poche, je m’apprêtais à rejoindre cette putain de soirée lorsque j’ai aperçu, posée négligemment une bouteille de tequila trois quart pleine au pied du lit. Je m’en suis emparé et j’ai commencé à dévaler les escaliers. Régulièrement je m’arrêtais pour en boire une bonne rasade, autant le dire de suite, j’ai pris mon temps avant de descendre au potager à citrouilles.

Bizarrement ça m’a pris plus de temps que prévu, sûrement à cause de mes zigzags vers la fin. J’avais pas spécialement envie d’aller immédiatement à la fête champêtre, j’ai fait d’abord le tour, arrivant par le côté de la lisière de la Forêt Interdite. L’After avait déjà commencé, j’étais tombé sur un petit groupe de pote qui essayait de chopper avant de partir en vacances. Je suis resté quelques temps avec eux, histoire de profiter de leurs bouteilles de rhum et de whisky. Une furieuse envie de fumer m’est venue, je me suis éloigné un peu du groupe qui était déjà entrain de chanter, pour le rouler. J’ai mis pas mal de temps, je galérais, j’étais à moitié bourré, et je sentais qu’avec ce que j’avais bu, j’allais partir totalement en vrille dans les minutes qui viennent.

J’ai commencé à tirer sur mon joint, puis à me balader un peu partout, lâchant des petits clins d’œil à des gens que je reconnaissais. Je marchais totalement de travers, j’ai été obligé de m’appuyer à de nombreuses reprises contre les arbres les plus proches. J’allais vraiment n’importe ou, je me baladais au hasard, suivant mon instinct. Je m’enfonçais petit à petit dans la Forêt Interdite. Je voyais que dalle, et en plus j’étais bourré. D’un seul coup mes jambes cessèrent de me porter et je me suis affalé au pied d’un arbre gigantesque. Continuant de tirer sur mi motta, j’entendais un petite voix maléfique qui ne cessait de susurrer à mon oreille que j’allais me faire virer, que je n’allais plus jamais remettre les pieds à Poudlard. Au final j’étais inutile… J’ai fini par me relever difficilement, et mes pas m’ont de nouveau guidé. Je n’arrivais pas à m’enlever cette petite voix qui résonnait dans ma tête. Après tout ce que m’avait dit Nakamura je savais très bien ce qui allait se passer, elle ne l’avait peut être pas dit clairement mais je savais que c’était la fin.

D’un seul coup je me suis retrouvé au sol. Mes pas m’avaient guidé derrière les serres, et je m’étais explosé la gueule contre un tas de bidons poussiéreux. Je me suis remis debout en évitant de marcher sur le liquide qui se propageait. Malgré ma vision faussée par l’alcool, je voyais clairement le mélange visqueux qui léchait les murs des serres, et qui partait en direction du château. Je me suis souvenu que Sawyer nous avait balancé que c’était une huile efficace, un truc qui faisait grossir les plantes en moins de deux, mais que c’était particulièrement inflammable, on devait donc le manier avec précautions. J’en avais plus rien à foutre, de tout. De la Botanique ou j’avais aussi chié mon BUSE, de Poudlard en général, des autres dans leur petit monde étroit. J’entendais, ou l’effet cumulé de l’alcool et de la weed me faisait entendre les rires de la Fête Champêtre. J’en avais chié pendant, tous m’avaient emmerdé. J’ai sorti mon zippo, à l’origine pour m’allumer une clope, puis, comme dans un rêve, j’ai eu l’impression de ne pas commander mon corps, même si j’étais totalement conscient de ce que j’étais entrain de faire. Je me suis rapproché d’un endroit ou l’huile continuait de couler. J’ai longtemps contemplé la flammèche du briquet dans mes yeux. Une si petite chose pouvait faire tant de ravage. J’ai tendu le bras au dessus du flot chimique, et j’ai laissé la flamme glisser entre mes doigts.

_________________


The Punishment Light [Pv] Dansgna


Revenir en haut Aller en bas
Naoko Nakamura


Naoko Nakamura
Professeur de Potions



Féminin
Nombre de messages : 1300
Localisation : Au fin fond du double fond sans fond du trou noir...
Date d'inscription : 20/05/2009

Feuille de personnage
Particularités: Mais enfin... TOUT en moi est une particularité !
Ami(e)s: Soit proche de tes amis, mais encore plus de tes ennemis Darling...
Âme soeur: Pas besoin d'avoir en plus de ca un être encombrant dans les pattes !

The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitimeLun 27 Aoû - 18:13


    C’était comme de donner un os à ronger à un chien pour l’occuper ; les élèves de cette école s’amusaient décidément d’un rien, et sitôt qu’ils s’étaient retrouvés dans le potager aux citrouilles et que les petits groupes avaient commencé à se former qu’ils s’agitaient dans tout les sens, en criant, riant trop fort, se bousculant, comme si Fête Champêtre était devenu le synonyme d’animaux de foire, comme ils aimaient si bien à le représenter. Je laissais les autres professeurs se charger des réprimandes, estimant que j’en avais assez fait durant cette journée, préférant me réserver pour un quelconque malheureux qui passerait par mégarde dans les mailles du filet, pensée bien illusoire, parce que j’avais les yeux partout, même lorsque je voyais certain verser du liquide incolore et indolore dans sa boisson, sûrement pour en connaître les agréables effets qui n’auraient pour seules constatations de le faire vomir derrière l’une des citrouilles à cause d’une consommation trop excessive qui lui ferait réfléchir à deux fois avant de renouveler une telle expérience… Tant qu’il tentait ses petites manipulations sur lui, ça m’était bien égal ; il en allait de même avec ses autres cobayes, officieusement, même si officiellement, je me voyais bien contrainte de mon devoir de professeur, comme l’exigeait Wayland et à qui je donnais l’illusion de m’en acquitter. Ne jouant pas de ma réputation, je préférais faire celle qui n’avait rien vu, rien entendu, et qui réfléchissait à la prochaine crème pour les mains qu’elle allait bien pouvoir acheter la prochaine fois qu’elle se rendrait sur le Chemin de Traverse car la précédente avait un effet désastreux sur la peau.

    Comme prévu, l’ambiance gentillette qui régnait en début d’après-midi, eu rapidement fait de dégénérer au fur et à mesure que les heures passaient, comme si les adolescents pensaient que nous allions moins être intransigeants alors que la soirée pointait le bout de son nez et qu’à présent que les résultats étaient passés, cela leur donnait le droit de faire ce que bon leur semblait. C’était une grave erreur, car tant qu’il était dans l’enceinte de l’établissement, ils se trouvaient encore être sous notre « responsabilité » si l’on peut dire et si celle responsabilité incluait à leur tirer les oreilles pour le leur rappeler, je m’en faisais un grand plaisir, attrapant quelques mèches blondes de la fille au passage pour les lui arracher, ce qui eut l’effet escompté parce qu’elle poussa un petit cri de biche effarouchée qui ne trompait personne ; tant pis pour les bonnes résolutions de ne pas vouloir me mêler à cette mascarade. Je la repoussais au loin sans aucune douceur en lui disant de faire plus attention à l’avenir et que si je la revoyais à traîner ici sans regarder où elle mettait les pieds que les derniers jours qu’elle avait à passer à Poudlard avant les vacances ainsi que le passage à une année supérieure allaient être un véritable enfer… au bas mot.

    Je jetai rapidement un regard en hauteur pour avoir une vue d’ensemble du spectacle. Certaines personnes remontaient déjà vers le château, d’autres s’étaient éloignées vers la Forêt Interdite, et même si c’était une raison suffisante pour distribuer de nouvelles retenues à la pelle, je n’en avais strictement rien à faire ; qu’ils se fassent bouffer par un loup garou qui se trouvait à l’intérieur, au moins, nous en serions débarrassés. En revanche… je reconnus cette silhouette même au loin et dans l’obscurité pour avoir suffisamment eu à faire à lui aujourd’hui, seul, ce qui était d’autant plus louche que ces petits morveux de Gryffondor se sentaient invincibles pour peu qu’ils se retrouvent en groupe pour jouer de leurs bras et faire croire qu’ils avaient un peu plus que de la langue – c’était vrai pour une moitié de la catégorie, mais ça ne voulait pas dire que ça les rendaient plus nobles, au contraire, ils n’en étaient que plus stupides, comparée à la première qui elle, était juste pathétique.

    L’idée vicieuse qu’il puisse aggraver sa situation n’était pas négligeable, et je faisais preuve de bien trop de bon sens, pour ne pas sauter sur cette occasion en or de pouvoir éradiquer cet élève, qui depuis qu’il étudiait à Poudlard, n’était rien d’autre qu’une vermine inutile qui prenait de la place dans les dortoirs, et dont on pouvait se passer aisément. Ratatinant mon gobelet en plastique à l’aide de ma poigne acérée je le donnais sans plus de cérémonie à une élève de première année qui se trouvait dans le coin d’aller le jeter, et partis en direction de ma cible à grandes enjambées.

    Et en effet, il était temps ; j’étais à une bonne cinquantaine de mètres, réelle chance pour moi lorsque les serres s’illuminèrent d’une couleur inquiétante, les flammes léchant le sol ainsi qu’une partie des installations. Une petite détonation s’éleva dans les airs et je rejoignis sans plus attendre les lieux du crime, n’étant plus sujette à la plaisanterie pour le moment. J’avais pris soin de sortir ma baguette magique de ma cape de sorcière et tirait sans ménagement Kelsey par le coude pour le forcer à reculer vers l’arrière, ne me souciant aucunement si ce geste le ferait tomber ou non. Je répétai plusieurs fois les mêmes mouvements pour éteindre le feu qui avait commencé à se propager – tout allait plus vite à cause des plantes qui dormaient paisiblement à l’intérieur – mais j’étais arrivée au bon moment, et quelques minutes plus tard, il n’y avait plus qu’une désagréable odeur de soufre et de brûlé, tandis qu’une partie des serres étaient désormais inutilisable…

    J’examinai pendant un moment l’étendue des dégâts en scrutant le sol à l’aide d’un Lumos pour y voir plus clair ; même en mauvais état, il me fallut peu de temps pour retrouver ce que je cherchais.

    - Est-ce que ceci est à vous Kelsey ? Demandai-je d’un ton autoritaire, m’intéressant de nouveau à lui en lui montrant l’objet moldu que j’avais ramassé.

    Sans attendre de réponse, je lui jetai à ses pieds, et d’un mouvement d’impatience, l’attrapai par le col de sa chemise pour rapprocher mon visage du sien, n’ayant pas besoin d’attendre sa réponse pour savoir ce qu’il en était.

    - Savez-vous ce que cela signifie ? Interrogeai-je de nouveau d’une voix doucereuse, et je ne pensais qu’à une chose ; la façon dont j’allais l’écraser avec mes bottines dans les secondes à suivre.

    Avec mon autre main libre, je fouillai ses poches ; nous allions de surprises en surprises ! Le relâchant avec brusquerie, j’en profitais pour brandir ce dont je venais de m’emparer. Je le savais, nous le savions tout les deux, à présent, j’avais assez de preuves à poser sur le bureau de Wayland, à qui d’ailleurs, j’allais intimer de revenir sur le champ par ici pour qu’elle constate elle-même le désastre qui s’était produit.

    - Nous avons un gagnant ! M’exclamai-je avec une lueur de folie dans les yeux. Vous avez de la chance ! C’est votre dernière soirée ici ! Ce petit imbécile venait de se tirer lui-même une balle dans le pied, et c’était moi qui avais l’honneur de l’achever avec le coup de grâce ! Quelle aubaine ! Résumons… vous avez triché à un examen officiel, en plus de porter sur vous des substances illicites moldues, et enfin, vous trouvez le moyen de délabrer les bâtiments de l’école en y mettant le feu… Vous pensez bien que nous allons nous passer aisément et sans aucun regret d’une recrue aussi peu productive que vous… ! A supposer que vous sachiez faire autre chose que tout ce qui se rapproche de près ou de loin à tout ce qui touche à la destruction.

    Je lui offris mon plus beau sourire. Un sourire digne d’un événement comme celui-ci !

    - Pas la peine de me regarder comme ça, vous avez très bien compris où je veux en venir : vous êtes renvoyé. Avant d’ajouter le plus sérieusement du monde : et ne vous inquiétez pas, je m’en chargerai personnellement pour que jamais, vous ne puissiez un jour fouler de nouveau le sol de Poudlard.
    Je le jaugeai une dernière fois de haut en bas ; il avait une allure d’ivrogne précoce, ce qui ne fit qu’agrandir mon sourire mesquin ; il pouvait s’estimer heureux, sur ce point, son avenir était d’ores et déjà tout tracé ! Quelle image pitoyable était était-il en train d’offrir là… Me plaçant dans son dos, je le poussai pour l’inciter à reprendre ses esprits sans plus attendre.

    - A présent, hors de ma vue, remontez dans votre dortoir, qu’on puisse enfin se débarrasser de tout vos objets encombrants ainsi que de votre personne. Quel joli cadeau de fin d’année Kelsey ! Je ne voyais en lui qu’un énième enfant pourri gâté qui ne craignait rien ni personne, pas même ses parents. Qu’ils le récupèrent, nous n’avions nullement besoin de lui ici !

    Le congédiant, je tournai les talons pour redescendre sur le lieu des festivités – personne n’avait l’air de n’avoir rien remarqué, quelle bande d’incompétents – pour partir en quête de Wayland ainsi que de la directrice de Gryffondor qui devait essuyer de nombreux problèmes de comportement de la part de ses lionceaux ces temps derniers. Un veracrasse de moins à nourrir !

_________________
 
The Punishment Light [Pv] 1316102128LT1JWt51

"You’ll fall like a guillotine,
Kneel before the queen.
You’ll fall like a guillotine,
And I will rise.

I don’t need blue blood,
Running through my veins,
Because like a queen, like a queen,
I can make you say you love me".

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





The Punishment Light [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Punishment Light [Pv]   The Punishment Light [Pv] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
The Punishment Light [Pv]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Parc de Poudlard :: Le parc :: Le potager aux citrouilles :: Fête Champêtre :: L'After-
Sauter vers: