RSS
RSS
Undo this storm #Chuby6

 
AccueilAccueil  Portail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Undo this storm #Chuby6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby Standiford-Wayland


Ruby Standiford-Wayland
Apprentie à Sainte Mangouste



Féminin
Nombre de messages : 2201
Localisation : Cachée.
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: « and from the rain comes a river running wild that will create an empire for you. »
Ami(e)s: Lizlor; « Maybe home is nothing but two arms holding you tight when you’re at your worst. »
Âme soeur: « Lover, when you don't lay with me I'm a huntress for a husband lost at sea. »

Undo this storm #Chuby6 Empty
MessageSujet: Undo this storm #Chuby6   Undo this storm #Chuby6 Icon_minitimeDim 23 Juin - 19:45

https://www.youtube.com/watch?v=wylkSUS9Ofs


Undo this storm
Undo this storm
Undo this storm
And wait

I can't control
Withering wonders
Flowers that lose
Their shape

(...)

I'll be the calm
I will be quiet
Stripped to the bone
I wait

No, I'll be a stone
I'll be the hunter
A tower that casts
A shade

I lie awake and watch it all
It feels like thousand eyes
I lie awake and watch it all
It feels like thousand eyes

(...)

I am the storm
I am the storm
I am the storm
So wait





C'était difficile, trop difficile. J'aurais dû le voir venir. Qu'avais-je cru, que les semaines précédentes allaient suffire pour me porter, me protéger ? J'étais toujours la même, pourtant, inlassablement. Je l'avais su dès j'avais suivi le mouvement régulier de la main de ma psychologue et qu'elle m'avait demandé de retourner à ce moment précis, ce jour où tout s'était fragmenté. Tout mon corps s'était crispé et avait refusé. Il avait fallu plusieurs essais, plusieurs séances, de nombreuses paroles rassurantes qui se perdaient dans le bureau aseptisé. Alors que j’avais réussi depuis plusieurs semaines à espacer mes coupures, elles étaient revenues, encore plus fortes, plus tentantes. Elles vidaient tout ce que mes mots refusaient d'expier. Ce n'était pas grave, m'avait-on expliqué, c'était normal. J'avais passé des années à tout enfouir et tout extraire était un exercice difficile. Mais je n'y arrivais pas ; je n'avais que cette phrase à la bouche dès que l'on essayait de dépasser les barrières. Pourtant, j'avais déjà raconté ce qui m'était arrivé, j'y pensais même souvent. Mais cette fois-ci.... Il fallait vraiment m'y plonger, y revenir.

Ma psychologue me l’avait bien expliqué : un traumatisme altérait la mémoire. Le cerveau refusait de de traiter le souvenir dans la mémoire à long terme, il restait bloqué et le moindre détail pouvait tout déclencher. C’était ça, un syndrome post-traumatique. Sans que je puisse vraiment mettre des mots dessus, il m’avait suivi toute ma vie, et sa force pouvait me ramener dans le passé en quelques secondes. Il s’accompagnait d’un tas de conséquences, et plus je me renseignais, plus j’avais l’impression de cocher toutes les cases. Insomnie et cauchemars, mutilations, dissociation physique, amnésie, anxiété, dépression, culpabilité, addictions et comportements à risque pour s’anesthésier. J’étais un parfait cas clinique, une liste de symptômes.

Pour les régler, il fallait repartir au début, retrouver l’enfant que j’avais été. Il fallait affronter ma mémoire pour protéger cette Ruby-là. Et plus j'essayais de la retrouver, plus la moi du présent semblait s'effacer. J’étais devenue légère, translucide. Je passais de longs moments contre Chuck, à l'écouter parler en souriant comme je pouvais, incapable de vraiment répondre à son enthousiasme. Il savait ce que je traversais et il n'avait pas lâché ma main. C'était ma prise qui se faisait plus faible.

Puis, j'avais réussi. Vraiment réussi. Tous les cadenas avaient sauté un après-midi. Le déluge avait suivi, lourd, brûlant, glacial, mes larmes terrorisées, l'impression que mon cœur allait imploser. Ensuite, le vide, la détente. J'avais flotté plusieurs jours, tout mon corps anesthésié. Un état second m'avait envahi, rassurant par son silence.

C’était peut-être ce vide qui m’avait permis d’enfin envoyer ma lettre à Lizlor. Les mots s’étaient empilés dans ma gorge mois après mois, pressés de sortir, toutes mes émotions et angoisses les retenant. Tout ce travail en thérapie m’avait laissée lessivée, les compteurs remis à zéro. Je me sentais vidée et étrangement démunie, Lizlor me manquait plus que jamais, son absence comme un immense gouffre au milieu de ma poitrine. J’avais besoin de lui parler, qu’elle sache que je l’aimais encore et toujours. Il fallait que je m’excuse de toute cette souffrance que je lui avais causée, j’étais trop épuisée pour avoir peur de son rejet. Alors j’avais écrit, j’avais osé, la main tremblante malgré moi. Une fois la lettre envoyée, je m’étais endormie sur le canapé, appuyée contre Chuck, et j’avais dormi trois heures en milieu de la salle commune animée. Je m’étais sentie en sécurité pour la première fois depuis un long moment.



Lettre:
 


Cette lettre, une fois envoyée, était devenue un véritable supplice. J’avais détaché un bout de moi pour l’envoyer dans une jolie enveloppe, condamnée à attendre une réponse en silence. L’angoisse qui s’était mise en pause ces derniers jours revenait doucement, insidieuse dans mes veines, prête à s’emballer d’un instant à l’autre. Combien de temps Lizlor attendrait-elle pour me répondre ? Et si elle ne me répondait tout simplement pas ? Combien de temps pouvais-je supporter une telle attente ?

Quelques jours passèrent, en dehors de tout, jusqu’à ce matin-là. La lettre fût déposée à ma table lors de la distribution du courrier, attirant les regards curieux. Je ne recevais jamais rien. Je reconnus l’écriture d’un seul coup d’œil, me figeant, Chuck inquiet à mes côtés. C’était maintenant, c’était ma réponse. Je voulais me lever, m’écarter des autres et pouvoir lire tranquillement, seulement en compagnie de Chuck qui pourrait m’ancrer et me protéger, mais mon corps entier était devenu une statue, lourde, visée sur ma chaise. J’ouvris la lettre en silence, glissant ma main dans celle de Chuck, serrant trop fort. Les mots dansaient devant mes yeux, je relus plusieurs fois la lettre avant de pouvoir les ajuster, retenant mon souffle. Je pouvais sentir le regard de Chuck sur moi, il m’interrogeait, je n’arrivais ni à pleurer ni à sourire.

C’est bon, me murmurai-je. Tout n’est pas terminé. J’inspirai pour la première fois depuis des mois, et de cette simple inspiration, tous les sentiments que j’avais retenus depuis des semaines retombèrent dans le fond de mes poumons.

Le reste fût flou et le temps distendu. Je desservis la table, il me semble. Je parlai à Chuck, à Lana. Il était question d’aller jardiner cet après-midi. Je me rendis même à la réunion quotidienne, où j’écoutai avec attention les autres, restant silencieuse, incapable de décrire la lave bouillante qui s’accumulait dans mes veines. Il fallait qu’elle sorte, me dis-je en aidant à la préparation du déjeuner, l’éclat d’un couteau brillant au coin de mon œil. J’avais envie de le prendre, de le planter dans ma cuisse, et les regards qui observaient mes gestes m’oppressaient.

Je prétextai une douche après mon déjeuner. C’était presque trop simple, pensai-je avec un petit sourire. L’eau glissait sur ma peau, tiède comme une caresse, claire puis doucement écarlate. J’expirai, mes yeux clos, le front contre le carrelage du mur. C’était tellement reposant. Tout s’arrêtait pendant un instant. J’oubliais pourquoi j’étais si brisée, si terrorisée, pourquoi j’étais incapable de gérer mes émotions comme une personne saine. Pourquoi n’étais-je pas heureuse de la réponse de Lizlor ? C’était tout ce que je voulais, tout ce dont je mourrais d’envie ; elle m’aimait encore !

Mais pour combien de temps ? Quand est-ce que j’allais tout ruiner à nouveau, d’un simple mouvement, d’un simple verre contre mes lèvres ?

Six coupures se suivaient sur chaque cuisse dans une symétrie rassurante. J’en rajoutai une septième, plus profonde, qui me fit grimacer. Je n’avais pas contrôlé mon geste et un épais filet de sang se déversa le long de ma jambe gauche.

C’était toujours ainsi, et j’allais finir seule. Je l’étais déjà. Comment avais-je pu l'oublier ?

Je l'avais toujours été, depuis mon enfance, j'étais ailleurs, séparée, insaisissable ; je n'en pouvais plus. Mon souhait le plus profond n'avait jamais été que ça, appartenir quelque part, qu'enfin on me comprenne, que le poids sur mes épaules se partage – huitième coupure, toujours plus profonde. Mais personne ne pouvait le prendre, le comprendre : comment auraient-ils pu ? Tout ce que je ressentais n'était qu'à moi, tellement emmêlé dans des années de souffrance, je n'avais pas le mot pour les partager, pas la force ni la confiance pour les partager à quelqu'un d'autre. Comment faire, de toute manière, comment parler quand tout ce qui m'agitait était permanent, lourd ; les gens ne voulaient pas savoir tout ça, tous mes problèmes. Je n'étais qu'un poids pour eux – deux coupures sur mes avant-bras que je ne m’autorisais jamais de toucher. Même Chuck finirait par s'en rendre compte, tout comme Hadrian et Ewan avant lui. Il ne pouvait pas m’aimer, c’était trop, j’étais incapable. Incapable parce que moi aussi je l’aimais, je ne voulais pas. Il se lasserait. Lizlor aussi. Elle ne voulait pas me voir, pas vraiment, je la ferais souffrir à nouveau. C'était toujours comme ça, toujours – une coupure – toujours – une autre –, toujours – encore une.

Ma tête commençait à me tourner, je m’agrippai au robinet pour rester debout, la petite vis tenant à peine dans mes doigts tremblants.

C’était toujours comme ça puisque je ne pourrais jamais échapper le passé. J’étais exactement où j’étais censée être, tout m’avait destiné pour ce centre, pour cet état. Une immense vague de fatalité m’happa et me fit vaciller, la tristesse infinie et trop lourde. Je n’étais pas réparable, pourquoi continuer d’essayer ? J’étais ruinée et j’avais tout empiré, j’avais trop bu, je m’étais trop coupée… J’avais laissé tous ces hommes me toucher, me salir… Je pouvais encore sentir leurs regards sur moi, parfois, comme des centaines d’yeux dans le noir de ma chambre. Je ne voulais pas d’eux, au fond.

Je n’avais jamais vraiment consenti, je n’avais pas pu…

Un cri éteint s’échappa de ma gorge lorsque je le réalisais, au plus profond de moi, combien je n’avais jamais voulu de ces actes-là, ce n’était que de la survie, de l’autodestruction, je les avais laissés me toucher et je voulais leur reprendre ce droit, ces expériences, me nettoyer, un coup de vis sur chaque endroit qu’ils avaient touché, mes cuisses, mon ventre, mes seins, mon visage ; je pensais à cet homme, un soir, qui m’avait tenu les avant-bras, il était encore là, je voulais qu’il me lâche, que mes bras se détachent, j’enfonçais la vis tellement profondément qu’elle se coinça dans ma peau et je m’écroulai sur le sol de la petite douche. L’eau continuait à couler mais je ne la sentais plus sur ma peau. Tout me brûlait et des petites étoiles dansaient devant mes yeux, je perdais le fil de mes pensées, de mes gestes, mon corps commençait à flotter très étrangement, et moi avec, comme si j’étais au-dessus de lui dans un enchaînement de nuages cotonneux sur lequel je rebondissais, je crois, je n’arrivais plus à articuler, à suivre…

J’étais en train de disparaître, pour de bon cette fois-ci. J’allais enfin réussir. Un rush d’adrénaline paniqué m’envahit comme un dernier sursaut et je me mis à rire, à pleurer, tout mon être soulagé. C’était enfin fini.

Un bruit sourd… Je n’arrive pas à distinguer devant moi, son ombre, sa présence, quelqu’un qui panique, il faut que je panique moi aussi, non, sinon je pars, mes mains s’accrochent à mon visage, il saigne, j’ai mal partout, j’ai peur tout à coup, je n’arrive pas à crier, mes mains, son bras, serrer, serrer fort, pourquoi toute ma poitrine se soulève si vite et si fort, je glisse, je glisse ????


- Je pars, je pars, mes dents se serrent tellement fort, j’ai mal à la mâchoire, ma lèvre saigne, tout saigne, rouge, rouge, dilué, épais, partout, sur ses mains à lui aussi, il me touche, je n’ai pas mal quand il me touche, je pars tout simplement, je glisse, glisse, rouge, partout, Chuck, rouge, lumière, noir.

_________________
Even Closer | Forever Young | So Cold | If Stars

Undo this storm #Chuby6 388805LIZBY1

« 'I feel things,' I said. 'I'm not a robot!' I stamped my foot and screamed. Then I burst into tears.
I touched the wet little drops and held them toward her. 'See, I'm not a robot. This is proof.' »


Undo this storm #Chuby6 985594signabyby
Revenir en haut Aller en bas
 
Undo this storm #Chuby6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde extérieur :: Scénarios parallèles-
Sauter vers: